Blogue

Nectar, un produit IdO qui fera tout un buzz

Par Manuel Léveillé, le 19 avril 2018

On ne devient pas designer industriel seulement pour créer de beaux objets fonctionnels, mais bien par désir d’améliorer la qualité de vie des utilisateurs de nos réalisations. Ceci dit, c’est assez rare d’avoir le privilège de collaborer sur un projet dont l’enjeu est aussi crucial que celui qui nous a été proposé par Nectar, une jeune startup montréalaise, qui s’est lancé le défi de revoir la relation qui unit les abeilles et les apiculteurs. Dans cette nouvelle série de trois articles, nous lèverons le voile sur cette belle collaboration. Lumière sur Nectar.


L’ABEILLE, GRANDE MALMENÉE

«Si l’abeille disparaissait de la surface de la Terre, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre.»

Impossible de dire si cette citation, que l’on attribue à tort ou à raison à Einstein, est un véritable présage ou une simple mise en garde. Peu importe, ce qui nous intéresse n’est pas de savoir qui en est l’auteur ou même si cette hypothèse pourrait s’avérer réaliste, mais plutôt ce qu’elle évoque : les abeilles jouent un rôle essentiel à notre qualité de vie, voir même notre survie.

On ne vous apprendra rien en disant que l’activité de l’homme menace l’ensemble de l’écosystème et les abeilles n’y font pas exception. Par contre, une chose qu’on ignore c’est que celles-ci représentent la principale source de pollinisation naturelle pour la majorité des produits agricoles. Advenant leur disparition, c’est près du tiers des aliments disponibles en épicerie qui disparaitrait avec elles. Imaginez : des patates, carottes et oranges pour le restant de vos jours…

Your produce choices with and without bees
Your dairy choices with and without bees

La menace se fait déjà sentir dans nos champs depuis le début des années 2000. Chaque année, des centaines de milliers d’abeilles sont retrouvées sans vie. Récemment, même Desjardins a pris la décision de mettre de côté l’abeille de son logo, une autre disparition symbolique.

Fort heureusement, on assiste progressivement à une prise de conscience collective. Le gouvernement annonçait il y a quelques semaines une réglementation ayant pour but d’encadrer l’utilisation de certains pesticides de types «néonics», un produit nocif pour les abeilles.


L’APICULTEUR EN MANQUE D’OUTILS

Pour leur part, les apiculteurs travaillent d’arrachepied pour assurer la survie de l’insecte et freiner cette malheureuse tendance. Au-delà d’un simple métier, l’apiculture relève plutôt de la vocation. Malgré une certaine évolution technologique au cours des 20 dernières années, les apiculteurs doivent encore trop fréquemment prendre des décisions basées en majeure partie sur leurs expériences passées et leur instinct.

En effet, pour être au courant de ce qui se passe dans une ruche, ils n’ont d’autre choix que de l’ouvrir et de l’observer. La reine, ses oeufs, la quantité et le type d’abeilles présentent ainsi que les parasites sont tous des indicateurs permettant de faire l’état de la santé d’une ruche.

Mais la manipulation de la ruche, bien que parfois nécessaire, peut la perturber pour plusieurs jours, un «mal nécessaire» ayant des conséquences lourdes sur le processus de pollinisation ainsi que la production de miel. Et ce, sans compter les ressources en temps, déplacement et en argent lié à ces inspections. C’est donc pour permettre aux apiculteurs de veiller sur leurs ruches en temps réel et de manière à pouvoir intervenir efficacement et seulement lorsque nécessaire que Nectar est né.

NECTAR, L'INTERPRÈTE BIENVEILLANT


NECTAR, L'INTERPRÈTE BIENVEILLANT

C’est pendant ses années d’études en design industriel que Marc-André Roberge, instigateur du projet, a développé une passion pour l’apiculture amateur.

«Il y a quelque chose de fascinant et de saisissant lorsque l’on ouvre une ruche pour la première fois. C’est seulement lorsque tu as ces centaines d’abeilles qui te tournent autour que tu réalises vraiment toute la complexité du métier et la sensibilité nécessaire pour y arriver.»

En fondant Nectar avec Xavier De Briey, ils se sont donné comme mission d’aider les apiculteurs à mieux comprendre les besoins de leurs ruches et des abeilles qui la composent. En d’autres mots, Nectar facilite la compréhension et l’interaction entre les abeilles et les humains.

Plus concrètement, cette vision s’exprime à l’aide d’un dispositif appartenant à la grande famille des objets connectés. Placé à l’intérieur même de la ruche, il capte et retransmet ses signes vitaux: taux d’humidité, température, sons, vibrations, géolocalisation et le poids. Les données sont traitées puis organisées dans un tableau de bord permettant d’informer l’apiculteur de la santé globale de son élevage et de manière à le prévenir de toutes anomalies. Celui-ci peut alors concentrer ses efforts sur les ruches nécessitant une action immédiate et laisser la nature suivre son cours pour les autres.

INSERER ALT TEXT

Ce qu’il y a de motivant à propos d’un tel produit, c’est qu’on réalise rapidement toute l’étendue de son potentiel. Même si le projet vise d’abord à faciliter le travail des apiculteurs et la santé de leurs abeilles, Nectar aura un impact global sur la chaîne de pollinisation, donc sur tous les consommateurs de produits agricoles. Il est peu fréquent de participer à un projet dont les retombés positives vont au-delà de l’utilisateur final. Encore plus rares sont les projets ayant le potentiel d’améliorer la qualité de vie de toute notre société.

Toutefois, avant de crier victoire, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, car le développement d’un produit issu de l’IOT est beaucoup plus complexe qu’il n’y parait. À l’heure actuelle, un premier prototype fonctionnel a été développé et testé. L’entreprise en est maintenant à la distribution de premiers modèles pour lancer la phase bêta au cours des prochaines semaines.

INSERER ALT TEXT

---

Dans le prochain article de blogue, nous passerons en revue le processus de fabrication du produit. Nous verrons en détail les freins et principaux enjeux de développement en plus de voir comment la collaboration des expertises est primordiale pour ce type de produit.

Pour en apprendre davantage sur le projet de Nectar ou si vous êtes un apiculteur désirant participer à la phase bêta du projet, voici leurs différentes plateformes:

Web : www.nectar.buzz
Facebook : www.facebook.com/nectarbzz
Instagram : www.instagram.com/nectar.buzz

Partagez cette nouvelle